Réunion du CSA sur la foresterie durable pour la Sécurité alimentaire et la Nutrition

bamboo-566450_1920

Réunion du CSA sur la foresterie durable pour la Sécurité alimentaire et la Nutrition – 17 Septembre 2019

(seulement disponibles en anglais)

L’événement du CSA qui aura lieu le 17 septembre 2019 a été fortement sollicité par le MSC lorsque les recommandations  politique générale du CSA sur la gestion durable des forêts pour la sécurité alimentaire et la nutrition ont été approuvées après un processus de convergence politique en octobre 2017. Le Groupe de travail du MSC a estimé qu’au cours des débats politiques et du processus de négociation, on n’a pas consacré suffisamment de temps à l’impact des plantations d’arbres sur le droit à l’alimentation et les FSN. Le MSC a souligné que les plantations ne devraient pas être considérées comme des forêts car leur impact est loin d’être positif pour les communautés forestières. Lisez ici la déclaration du CSM d’octobre 2017 et ici la vision du CSM qui a éclairé les positions du CSM durant le processus de convergence des politiques.

Deux ans après l’adoption de la recommandation de politique générale du CSA, cet événement a finalement lieu, même s’il est réduit à une manifestation de trois heures, sans interprétation et sans résultat politique concret de suivi.

Veuillez trouver ci-dessous la note conceptuelle et l’ordre du jour de l’événement.

Note Conceptuelle et Ordre du Jour

CONTEXTE

Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), lors de sa 44è session en 2017, a approuvé un ensemble de recommandations sur la foresterie durable pour la sécurité alimentaire et la nutritionqui ont été élaborées à partir des principales conclusions d’un rapportdétaillée du Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (HLPE) du CSA.

Ces recommandations soulignent le rôle clé des forêts et des arbres dans la sécurité alimentaire et la nutrition en contribuant à la qualité et à la diversité des aliments, en servant de filet de sécurité en période de pénurie alimentaire, en générant des revenus pour les populations locales et en fournissant des services écosystémiques essentiels à l’agriculture.

Ils notent également que la dégradation des terres et le déboisement à l’échelle mondiale, causés principalement par l’agriculture, entraînés par une demande accrue, – ont un impact négatif sur l’environnement et les écosystèmes qui fondent les moyens de subsistance des peuples autochtones, des communautés locales, des petits exploitants et de l’agriculture en général.

Les parties prenantes du CSA ont donc souligné que l’agriculture durable, la sécurité alimentaire et la nutrition ne peuvent se faire au détriment des forêts et que des mesures devraient être prises pour promouvoir une meilleure coordination des politiques d’utilisation des terres et renforcer la gestion durable des forêts.

Une attention particulière a été accordée à la nécessité de renforcer la cohérence des politiques intersectorielles en intégrant les dimensions de renforcement de la résilience des forêts dans les programmes et politiques agricoles, de sécurité alimentaire et de nutrition.

SUIVI DU PROCESSUS DE CONVERGENCE DES POLITIQUES DU CSA

Le Bureau du CSA convoquera une réunion publique pour examiner les questions qui n’ont pas été suffisamment débattues au cours du processus de convergence des politiques, notamment la relation entre les plantations commerciales et la sécurité alimentaire et la nutrition.

Il existe de nombreuses définitions des forêts qui reflètent leur diversité et les différentes perceptions des utilisations des forêts. Le Groupe d’experts de haut niveau a utilisé les définitions des forêts et des forêts plantées figurant dans l’Évaluation des ressources forestières (FRA – Forest Resource Assessment) de la FAO. Selon la FRA, une « forêt plantée » est une « forêt principalement composée d’arbres établis par plantation et/ou semis délibéré »[1]. Dans son rapport, le Groupe d’experts de haut niveau a défini les « Forêts de plantation »comme étant les forêts plantées avec un nombre réduit d’espèces d’arbres, parfois une seule, souvent sur de grandes surfaces, principalement pour produire du bois ». Depuis la publication du rapport du Groupe d’experts de haut niveau, la FRA a ajouté les « Forêts de plantation » comme sous-catégorie des forêts plantées. « Forêt de plantation :  forêt plantée qui est gérée de façon intensive et qui répond à tous les critères suivants à la plantation et à la maturité du peuplement : une ou deux espèces, homogénéité de classe d’âge, et un espacement régulier ».

Le Groupe d’experts de haut niveau a souligné que les plantations fournissent une part importante du bois et de la pâte à papier et que, compte tenu de la demande croissante, cette contribution est cruciale pour réduire la nécessité d’exploiter davantage les forêts naturelles. Elle a également noté que les forêts plantées, y compris les plantations, peuvent contribuer au développement économique et, selon la manière dont elles sont gérées et leurs liens avec les chaînes de valeur, constituer une source de revenus, d’emplois et de croissance économique, en améliorant les conditions de vie des communautés locales et en contribuant au développement durable. Des forêts plantées bien gérées peuvent fournir des services environnementaux et sociaux tels que la remise en état des terres dégradées, la lutte contre la désertification, la protection de la faune, de la flore, du sol et de l’eau, la séquestration et le stockage du carbone. La demande de produits renouvelables crée de nouvelles possibilités pour le secteur.

La clé de ces résultats est de gérer adéquatement les synergies et les compromis entre les divers objectifs, perspectives et intérêts.

La réunion du CSA sera l’occasion d’un échange de vues et d’expériences concrètes sur ces sujets et de traiter des questions liées à la gouvernance et à la nécessité de promouvoir la cohérence des politiques dans les différents secteurs forestiers, ainsi que de discuter de la contribution de la foresterie durable aux moyens d’existence des petits exploitants et des groupes tributaires des forêts.

La réunion débutera par un ensemble d’exposés techniques sur les perspectives et les rôles et dimensions multiples des plantations en vue de préparer le terrain pour un débat inclusif et éclairé sur les défis et les possibilités en matière de gestion durable des forêts, y compris les plantations commerciales et la restauration forestière.

Les recommandations de politique générale du CSA et le rapport correspondant du Groupe d’experts de haut niveau constitueront les documents de référence pour cet événement qui vise à encourager une approche prospective sur l’utilisation et la mise en œuvre potentielles des recommandations de politique générale du CSA en ce qui concerne les défis mis en évidence pendant la réunion.

ORDRE DU JOUR

La réunion sera animée par M. Ronald Hartman, Directeur, Engagement mondial, partenariats et mobilisation des ressources, FIDA.

  1. Allocution d’ouverture par M. Mario Arvelo, Président du CSA ;
  2. Présentation technique sur le développement des plantations et la durabilité :Dr Jianchu Xu, Coordinateur régional pour l’Asie centrale et orientale, World Agroforestry (ICRAF) ;
  3. Réunion-débat :
  • Expériences des pays en matière de développement durable des plantations : Bambang Supriyanto,Directeur général de la foresterie sociale et du partenariat environnemental du Ministère de l’environnement et des forêts de la République d’Indonésie ;
  • Perspectives de la société civile et des peuples autochtones: Rodolfo Gonzalez Greco, Coordinateur du Groupe de travail du MSC sur la foresterie ;
  • Rôle du secteur privé dans la mise en place de modèles d’entreprise responsables et durables : Mike May,vice-président, Affaires publiques, Futura Gene-Suzano ;
  • Gestion durable des plantations pour la réalisation du droit à l’alimentation : Mme Hilal Elver, Rapporteuse spéciale sur le droit à l’alimentation (message vidéo) ;
  1. Interventions de la salle et discussion interactive avec les orateurs ;
  2. Observations finales du Président du CSA.

[1]http://www.fao.org/3/I8661EN/i8661en.pdf