Ciao Stéphane

83873854_2646868238714637_1123010008032739328_n

Ciao Stéphane,

Ton départ prématuré et soudain nous a laissé-e-s sans mots pour exprimer la grande souffrance que nous ressentons aujourd’hui.

Nous avons perdu un ami, un camarade, un collègue.

Nous avons perdu l’une des plus belles personnes que nous ayons jamais connue.

Tu étais gentil, doux, honnête, patient, altruiste et engagé en faveur des droits des personnes.

Celles et ceux qui n’ont pas eu la chance de travailler à tes côtés doivent savoir combien d’efforts, d’énergie et de temps tu as consacré aux travaux pour garantir les droits fonciers légitimes des petits producteurs et petites productrices d’aliments, des peuples autochtones et des personnes sans-terres. Combien tu as œuvré à ce que les investissements privés n’accaparent pas les terres des communautés les plus vulnérables. Combien de recherches et d’efforts tu as menés pour hisser l’agroécologie en haut des priorités mondiales, nationales et régionales. Avec combien de force tu as plaidé en faveur des droits des femmes dans tous les processus.

C’est avec Oxfam que tu as passé tes derniers moments ; au sein de cette grande ONG, tu as été le chantre de l’alliance avec les mouvements sociaux en première ligne de la lutte. Tu t’es toujours montré disposé à apporter ton soutien à la réflexion stratégique, à la rédaction de documents et à la définition des prises de parole face aux institutions, pour défendre les droits à la terre, aux semences et à la souveraineté alimentaire de celles et ceux qui produisent la plupart des aliments.

Tu as été le meilleur camarade que quiconque puisse jamais avoir, sérieux mais toujours prêt à provoquer un éclat de rire. Nous n’oublierons jamais ton sens de l’humour, ton anglais aux accents belges, tes yeux tendres et rieurs. Tes pâtisseries et tes quiches, après de longues journées de négociation. Ta musique.

Tu as été un pilier du MSC ; nous avons apprécié de travailler avec toi, en luttant coude à coude à tes côtés. Tu vas nous manquer, mais nous garderons toujours une place pour toi, car nous savons que tu resteras avec nous, dans la lutte.

Avec ce message, le MSC souhaite transmettre ses condoléances à la famille de Stéphane, à ses ami-e-s et à ses collègues, qui ont eu le privilège de partager avec lui chaque jour et chaque battement de cœur d’une vie véritablement inspirante.

Buon viaggio, amico.

Le MSC

——————–

Au nom du collectif d’interprètes qui épaule régulièrement diverses organisations lors de leurs réunions à Rome, nous souhaitons transmettre nos condoléances les plus sincères à la famille et aux proches de Stéphane Parmentier, à ses ami.e.s et ses collègues de travail.

Dans ces moments si douloureux, il n’est pas simple de mettre des mots sur les sentiments, même si la difficulté à trouver la parole juste ne saurait nous empêcher d’exprimer notre respect à l’égard de Stéphane, avec qui nous avons partagé tant de choses au fil des ans. Nous porterons à jamais le souvenir d’une personne affable et bienveillante ; celui de l’infatigable militant de la souveraineté alimentaire que nous retrouvions à Rome, assis à une table, prenant des notes, ordinateur ouvert et micro en main, œuvrant sans relâche pour un monde meilleur.

Nous sommes reconnaissant.e.s d’avoir eu la chance de partager ces tranches de vies avec Stéphane et nous ne l’oublierons jamais. Lorsque nous retournerons dans l’un de ces lieux, à Rome, nous penserons sûrement l’apercevoir, au loin, et voudrons le saluer puis lui demander dans quel endroit on se retrouve tous pour manger ce soir. Levant les yeux, il esquisserait alors ce sourire discret qui le caractérisait avant de répondre.

Arrivederci, cher Stéphane !

 

 

The CSM

 ——————–

On behalf of the Interpreters’ collective supporting diverse organisations meeting in Rome, we would like to send our sincerest condolences to the family, loved ones, friends and colleagues of Stéphane Parmentier.

It’s not always easy to communicate emotions during difficult times such as these, but it’s not hard to find the words to express our feelings and respect for someone like Stéphane, with whom we’ve shared so much with over the years. We’ll always remember a warm and kind person who was a tireless activist for food sovereignty in Rome; sitting taking notes at his computer, microphone in hand, striving for a better world.

We feel lucky to have shared these things with Stéphane, and we’ll never forget him. When we are together again in Rome we’ll probably imagine we see him in the distance, want to say hi and ask him where we’re going for dinner that evening.  Raising his eyes, he’d give his characteristic gentle smile before replying.

Arrivederci, dear Stéphane