Interventions du MSC dans la Séance Plénière du CSA 44

36960757663_45fed3230a_z

Credit Photo @FAO

5ème Jour – 13 Octobre 2017

Questions cruciales et nouvelles en matière de sécurité alimentaire et de nutrition

Intervention de Elenita Neth Daño, ETC Group, Philippines au nom du MSC

Intervention de Thierry Kesteloot, Oxfam Solidarité, Belgique,  au nom du MSC

4th Day – 12 October 2017

CFS Evaluation

Intervention de Ramona Dominicioiu, LVC, Roumanie au nom du Groupe de travail du MSC sur l’Evaluation du CSA

Le MSC a contribué de manière intensive à l’élaboration de l’évaluation du CSA et à la discussion sur la meilleure façon d’y répondre. Nous félicitons Mme Angela Bester et son équipe pour le rapport, ainsi que l’Égypte et l’Islande pour leur travail de co-faciliter la réponse du CSA au cours des derniers mois.
Le CSA continue d’être dans une situation critique. Au cours des dernières années et au cours de cette session, nous avons vu qu’il existe deux voies possibles pour le CSA: soit il va dans le sens de l’érosion de la réforme du CSA ou dans le sens du renforcement du CSA dans l’esprit de sa réforme .

Le MSC a clairement indiqué qu’il s’attendait à ce que l’évaluation et la discussion sur la réponse à cette question soient guidées par l’esprit de la réforme et rendent le CSA beaucoup plus solide, conformément à son mandat et à ses rôles.

Nous nous réjouissons que les Co-Facilitateurs aient conclu en juin de cette année la première réunion sur la réponse avec la déclaration explicite qu’il n’y aura pas de réforme de la réforme. Le rapport de consultation pointe clairement dans cette direction: il vise à renforcer les rôles et le fonctionnement du CSA conformément à son mandat et à sa vision. Continue le lire…

 

Intervention de Alberto BrochCOPROFAM, Brésil, au nom du Groupe de travail du MSC sur l’Evaluation du CSA

Positions sur des sujets spécifiques de l’évaluation et du rapport de consultation:

  • Nous pouvons être d’accord avec le rapport de consultation tel que présenté, même si nous y voyons beaucoup de faiblesses.
  • La proposition d’avoir un PTPA stratégique est un bon compromis qui prend en compte le fait que le CSA n’est pas une organisation, mais une plate-forme.
  • La question budgétaire n’est pas résolue à notre avis, cela reste un défi urgent à résoudre l’année prochaine. Nous voulons réaffirmer que le budget n’est pas une question financière, mais qu’elle est une question politique.
  • Sur d’autres questions comme la Plénière, les GTCNL, la Présidence et le Secrétariat, des mesures de suivi spécifiques sont convenues pour l’année prochaine. La composition du Groupe consultatif devrait refléter le principe de participation établi au paragraphe 7 du Document de réforme du CSA: «Sa composition garantira que les points de vue de l’ensemble des parties prenantes concernées – notamment les plus touchées par l’insécurité alimentaire – soient entendus». Les plus touchés par l’insécurité alimentaire sont les secteurs du MSC, comme repris dans le document de réforme du CSA. Continue le lire…

Intervention de Naseegh Jaffer, WFFP, Afrique du Sud au nom du Groupe de travail du MSC sur l’Evaluation du CSA

Autres questions d’importance qui devraient être abordées dans le suivi du rapport d’évaluation du CSA:

  • Comme convenu hier, l’égalité des sexes, les droits des femmes et l’autonomisation des femmes doivent être intégrés dans l’ensemble des travaux du CSA. La discussion sur l’évaluation fournit un espace approprié pour cela.
  • Un sujet qui devrait être particulièrement discuté est le défi pour une meilleure utilisation, application et surveillance des résultats politiques du CSA: Comment pouvons-nous mieux utiliser sur le terrain ce qui a été convenu à Rome? Cette discussion a été fortement encouragée par le MSC en 2017, avec certains gouvernements.
  • Comment faire du CSA un endroit véritablement vigilent aux défis mondiaux d’aujourd’hui et de demain? Cette question fait référence aux urgences mondiales telles que les famines et les graves crises alimentaires ainsi qu’aux défis mondiaux aux implications énormes, comme le débat sur les megafusions dans le secteur de l’agro-industrie. Continue le lire…

Urbanisation et Transformation du monde rurale

Intervention de Elene Shatberashvili, Biological Farmer Association Elkana/LVC, Géorgie, au nom du Groupe de travail du MSC sur l’Urbanisation et la transformation du monde rurale 

Nous sommes convaincus que le CSA, en sa qualité d’organe global travaillant sur les questions en lien avec les systèmes alimentaires et la nutrition sur la base d’une approche fondée sur les droits humains, est le meilleur endroit pour discuter de l’urbanisation et de la transformation rurale d’une manière holistique, du point de vue des approches territoriales et en dépassant les dichotomies rural-urbain. En ce sens, il est fondamental de tenir compte du potentiel des systèmes alimentaires agroécologiques à créer un espace pouvant offrir des opportunités d’emploi pour les jeunes et les femmes, y compris la résilience au changement climatique, l’utilisation des connaissances traditionnelles et la biodiversité agricole, en donnant plus d’espace aux innovation des peuples et à la production autonome.

Cependant, nous devons également tenir compte du fait que, si les institutions onusiennes ont un rôle important à jouer dans le partage des connaissances, elles ne sont pas les seules à produire des connaissances et des solutions. Il est en ce sens particulièrement important de s’appuyer sur les connaissances de la base, qui doit être considérée non seulement comme les récepteurs des « connaissances modernes », mais aussi comme des acteurs contribuant et définissant aussi bien les problèmes que les solutions. Continue le lire…

Intervention de Nadjirou Sall, ROPPA, Senegal, au nom du Groupe de travail du MSC sur l’Urbanisation et la transformation du monde rurale 

Nous avons déjà indiqué que nous ne sommes pas à l’aise avec cette méthodologie. Nous n’aurions aucun problème à présenter l’une de nos expériences si cela nous est demandé en temps voulu. Je suis paysan et agropasteur au Sénégal, membre du ROPPA (Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest) qui a est quant à lui membre de la PAFO. Je dois préciser que la PAFO n’est pas membre de l’OMA (en vertu d’une décision prise en février 2017). Deux thèmes ont été sélectionnés pour cet axe de travail ; nous devrions maintenant voir comment y contribuer sur la base des différentes expériences existantes. Nous sommes inquiets car nous sommes en train de perdre le contrôle de nos ressources de base, telles que la terre. Continue le lire…

Intervention de Emily Mattheisen, FIAN, Allemagne, au nom du Groupe de travail du MSC sur l’Urbanisation et la transformation du monde rurale 

Je souhaiterais tout d’abord commencer par clarifier la préoccupation que nous avons exprimée précédemment ; nos déclarations en apparence ennuyeuses sont le fruit d’un long processus de consultation.

  • Les secteurs urbain et rural sont traditionnellement considérés de manière séparée, au détriment des zones rurales. L’urbanisation est le fruit de politiques qui privilégient les zones urbaines et pénalisent les économies rurales, engendrant la détérioration des espaces ruraux (avec un exode rural accéléré, par exemple). Cette fragmentation tend à se maintenir dans les ODD et Habitat III. Le CSA est l’espace légitime dans lequel dépasser cette dichotomie, en utilisant comme points d’entrée la sécurité alimentaire et la nutrition et les systèmes alimentaires durables.
    • Les causes profondes, les spécificités régionales, les solutions localisées pour le changement intergénérationnel dans l’agriculture et l’abandon des zones rurales par les jeunes, qui deviennent une tendance irréparable, inadmissible qui affecte le futur des systèmes alimentaires durables ; Continue le lire…

Intervention de Christiane Costa, HIC, Brésil, au nom du Groupe de travail du MSC sur l’Urbanisation et la transformation du monde rurale 

Depuis la perspective des approches territoriales, qui prétendent dépasser la dichotomie rural-urbain, qui constitue l’une des causes de l’insécurité alimentaire aussi bien en milieu rural qu’urbain, il est particulièrement important d’examiner de près des thèmes tels que :

  • L’identification des stratégies abordant le territoire de manière intégrée. Les économies solidaires et l’agriculture soutenue par la communauté constituent une part importante des systèmes alimentaires territoriaux inclusifs qui peuvent contribuer de manière substantielle à garantir un accès inclusif d’un point de vue social à des fruits et légumes frais qui contribuent à la santé humaine. Un exemple positif sont les systèmes de sécurité alimentaire et nutritionnelle au Brésil, selon lesquels les producteurs locaux à petite échelle participent activement au processus d’élaboration des politiques publiques à travers les Conseils de politique alimentaire tout en fournissant des aliments nutritifs, locaux et à faible impact écologique aux personnes les plus vulnérables, par exemple, les habitants des dénommés déserts alimentaires des villes. Il s’agit là d’un exemple de bonne gouvernance de l’alimentation, basée sur les circuits courts de production et de consommation, ce qui constitue selon nous d’un élément de base pour promouvoir la sécurité alimentaire, selon les principes de la durabilité et les droits humains. Continue le lire…

3me Jour – 11 Octobre 2017

Suivi

Intervention de Ramona Dominicioiu, La Via Campesina, Roumanie au nom du Groupe de travail du MSC sur le Suivi 

Nous avons parcouru beaucoup de chemin, ces dernières années, pour parvenir à développer le mécanisme de suivi novateur pour le CSA ; cependant, ce mécanisme est nouveau et il nous reste encore beaucoup de travail à accomplir.

Ensemble, nous continuons d’apprendre comment améliorer et poursuivre notre travail de suivi, forger une reddition de comptes plus forte et soutenir la mise en œuvre des résultats politiques du CSA. Dans un même temps, c’est une garantie pour les États que les décisions et le travail réalisé ici soit validé en profondeur dans la réalité. Le travail du Groupe de travail à composition non limitée sur le suivi représente une composante fondamentale de la structure du CSA et constitue l’espace nécessaire pour réfléchir sur les mécanismes et les construire, un point qui se situe au centre du processus de réforme du CSA.

Les Termes de référence relatifs au suivi développés au CSA se sont avérés constituer une méthodologie efficace pour organiser des exercices de suivi. Nous en avons constaté les effets positifs l’an dernier lorsque la France et l’Allemagne les ont utilisés lors des manifestations nationales consacrées au suivi des Directives sur les régimes fonciers. Les Termes de référence créent un format dans le cadre duquel les personnes les plus affectées par l’insécurité alimentaire et la malnutrition jouent un rôle central dans le processus. Les Termes de référence soulignent comment créer des espaces et des plateformes qui protègent la participation de la société civile dans le processus de suivi, et, de manière importante, comment apporter le soutien nécessaire pour garantir l’accès équitable à l’espace des politiques des communautés marginalisées, qui, autrement, ne disposent pas de la même capacité à prendre part. Continue le lire…

Cadre Stratégique Mondiale (GSF)

Intervention de Adwoa Sakyi, IUF, Ghana au nom du Groupe de Travail du MSC sur le Cadre Stratégique Mondial (GSF)

Le Mécanisme tient à remercier la Présidente, Mme Fernanda Tansini, pour le rôle qu’elle a joué en facilitant la révision périodique du Cadre stratégique mondial (GSF), aboutissant à un format qui a conservé le contenu normatif fondamental, tout en devenant plus accessible et plus convivial dans le nouveau format en ligne.

Le GSF forme le cadre général et représente le seul document vivant du CSA. Il reflète l’ensemble du travail accompli dans le cadre du CSA, en fournissant des outils et des orientations pour lutter contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition ainsi que réaliser le droit à l’alimentation.

Bien que la révision actuelle ait été achevée, il reste encore beaucoup de travail à accomplir en ce qui concerne le GSF.

En tant que base et principale référence pour le mécanisme de Suivi concernant l’utilisation et l’application des décisions du CSA, en vue de réaliser la vision du CSA d’un monde libéré de la faim et dans lequel le droit à une alimentation adéquate est réalisé, nous appelons tous les membres du CSA à mieux utiliser le Cadre stratégique GSF afin d’améliorer collectivement la coordination, la convergence et la cohérence des politiques ainsi que la redevabilité mutuelle. Continue le lire…

Plan de travail Pluriannuel du CSA (PTPA) 2018-2019

Intervention de Thierry Kesteloot, Oxfam Solidarité, Belgique au nom du Groupe de Travail du MSC sur le PTPA

Nous tenons à féliciter le président, Dr. Mafizur Rahman, d’avoir été en mesure de conclure le PTPA pour 2018-19.

Nous nous félicitons de la décision de demander un rapport du Groupe d’experts de haut niveau sur « Approches agroécologiques et autres innovations pour une agriculture et des systèmes alimentaires durables qui renforcent la sécurité alimentaire et la nutrition« . L’agroécologie s’accompagne d’une dimension sociale, économique et politique holistique qui respecte les équilibres naturels et garantit la souveraineté alimentaire des peuples, tout en permettant de recréer la biodiversité des semences indigènes, des espèces animales et végétales, des microorganismes du sol et des pollinisateurs, en coévolution avec les populations, dans une gestion dynamique des territoires. La transition agro-écologique constitue une solution essentielle pour réaliser la stratégie de la Décennie d’action des Nations Unies pour la nutrition et les Objectifs de développement durable, en ce qui concerne la sécurité alimentaire, la nutrition, les systèmes alimentaires durables, la gestion de l’eau, la consommation et la production responsables, le changement climatique, la durabilité des océans et des écosystèmes terrestres, pour n’en citer que quelques-uns. Continue le lire…

Résultats du Forum du CSA sur l’Autonomisation des femmes dans le contexte de la securité alimentaire et la nutrition 

Intervention d’Azra Sayeed – IWA, Pakistan au nom du Groupe de travail du MSC sur les femmes

Nous souhaitons tout d’abord transmettre au CSA les énormes attentes, l’engagement massif et la forte mobilisation dont on fait preuve les organisations féminines de base au sein du MSC, représentant les producteurs et productrices d’aliments à petite échelle, les pêcheurs à petite échelle, les travailleurs agricoles et dans l’agroalimentaire, les paysans sans terre, les peuples autochtones, les consommateurs, les éleveurs pastoralistes, les populations urbaines en situation de précarité alimentaire ainsi que les jeunes, vis-à-vis de ce processus et ce depuis ses débuts.

Nous facilitons aujourd’hui, une fois de plus, les voix de millions de femmes du monde entier qui demandent au CSA de reconnaître, réaliser et protéger d’urgence les droits des femmes, nos droits, afin de préparer enfin la voie vers la mise en oeuvre de la vision et du mandat du CSA, à savoir réaliser le droit à l’alimentation et un monde libéré de la faim.

Le patriarcat, le féodalisme et les modèles économiques néolibéraux actuels sont les trois causes principales de l’inégalité, de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition des femmes. Le patriarcat, le féodalisme et le néolibéralisme accaparent nos terres, notre eau, nos semences, nos forêts et nos ressources naturelles, nos territoires, nos corps et nos droits; ils ignorent les savoirs ancestraux de nos sœurs indigènes, ils criminalisent nos luttes, ils laissent impunis la violence envers les femmes tout en ouvrant la porte à la discrimination, aux conflits, aux crises, à l’occupation, aux déplacements forcés et à la guerre. Continue de lire…

 

Processus de convergence politique: Gestion durable de Forêts pour la sécurité alimentaire et la nutrition

Intervention de Editrudith Lukanga – WFF (Forum Mondial des Pécheures et Travailleurs de la Pèche), Tanzanie  au nom du Groupe de travail du MSC sur la Foresterie

Le Mécanisme est pleinement engagé vis-à-vis du CSA, en particulier dans l’esprit de sa réforme, afin de faire progresser la réalisation progressive du droit à l’alimentation et pour créer des espaces de convergence et de débat politique, avec une focalisation particulière sur le rôle important joué par les petits producteurs alimentaires. C’est dans cet esprit que nous avons entamé les négociations sur les Recommandations pour une Foresterie durable au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

Les forêts sont vitales pour nos secteurs sociauc, qui incluent entre autres les peuples autochtones, les agriculteurs et agricultrices à petite échelle, les éleveurs pasteurs, les pêcheurs, les femmes rurales et les personnes travaillant dans l’industrie alimentaire. Notre espoir était d’obtenir des recommandations axées sur le renforcement des droits, de l’autonomie, des capacités et des protections pour ces groupes. Mais le document est en deçà de nos attentes. Voici notre évaluation, suivie d’une proposition concrète. Continue le lire…

Intervention de Rodolfo Gonzalez Greco, CLOC, Argentine, au nom du Groupe de Travail du MSC sur la Foresterie

Intervention de Kirtana Chandrasekaran, Amis de la Terre International, Royaume-Uni, au nom du Groupe de Travail du MSC sur la Foresterie

2me Jour – 10 Octobre 2017

Lancement du Rapport du HLPE sur « Nutrition et les systèmes alimentaires »

Intervention de María Teresa Álvarez – WAMIP, Argentine, au nom du Groupe de travail du MSC sur la nutrition

En tant que femme pratiquant le pastoralisme dans l’écorégion du Chaco en Amérique du Sud, je fais partie d’une organisation qui s’appuie sur les savoirs ancestraux des familles d’éleveurs de bovins en transhumance. Nous recréons la diversité animale pour en faire un gagne-pain qui est basé sur les aliments que ce système nous fournit et donc NOUS NOUS NOURISSONS des aliments récoltés dans les forêts, les prairies, les rivières et bien sûr ceux fournis par notre bétail. Grâce aux stratégies de mobilité que nous, éleveurs, utilisons pour assurer notre subsistance dans les divers écosystèmes du monde, nous exerçons notre droit à l’alimentation et à la nutrition.

Pour l’avenir, nous sommes résolues à aborder ce processus avec une vision claire: « nous voulons garantir la NUTRITION pour tous et toutes ». Et pour cela il faut s’approprier la relation liant les savoirs ancestraux et leur communication de génération en génération pour finir par former des cultures qui témoignent aujourd’hui de formes de production alimentaire reconnus comme étant des systèmes agro-écologiques qui garantissent la nutrition dans toutes ses dimensions. Eradiquer la faim ne signifie pas…Continue le lire…

Intervention de Isabel Álvarez Vispo – Urgenci, Espagne, au nom du Groupe de Travail du MSC sur la nutrition

La société civile souhaite formuler quelques commentaires sur la base du résumé et des recommandations du rapport, qui sont les seules parties du Rapport HLPE auxquelles nous avons pu accéder dans différentes langues.

Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour les efforts déployés en vue de produire ce rapport consacré à l’intégration de la nutrition dans les travaux CSA, en établissant un lien entre la nutrition et les différentes dimensions des systèmes alimentaires. La société civile a toujours défendu la nécessité d’une vision holistique de la nutrition, fondée sur les droits humains et dépassant la simple questions de la diététique et des régimes alimentaires, c’est pourquoi nous considérons qu’il est essentiel d’élargir la vision pour couvrir tout le cycle de l’aliment, depuis les sols et les semences jusqu’à l’assiette.

Nous apprécions beaucoup certains des aspects qui ont été inclus dans le rapport, des aspects sur lesquels nous avons également insisté ces derniers temps, tels que le problème des conflits d’intérêts et la focalisation sur les points de vue des parties les plus vulnérables. Cependant, il y a des aspects de ce document qui nous semblent préoccupants. Continue le lire…

Mise en commun des bonnes pratiques et des enseignements à tirer de l’expérience pour une meilleure nutrition


Intervention de Ali Aii Shatou Membre du Comité de Coordination du MSC pour le Secteur de Peuples Autochtones 

Nous, les délégués des peuples autochtones des six régions reconnues par l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones, organisés ici par le biais du Mécanisme de la société civile, avons suivi activement le processus des activités du CSA et les rapports qui en ont découlé. Nous sommes profondément préoccupés par le nombre croissant de personnes qui souffrent de la faim et de la malnutrition, la majorité des cas étant signalés par des personnes vivant dans les zones rurales et dans les zones peuplées de peuples autochtones. En même temps, les peuples autochtones ont été parmi les plus importants pourvoyeurs de sécurité alimentaire, de bonne nutrition et de régimes alimentaires sains – non seulement aujourd’hui, mais aussi au cours des générations et des siècles.

Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) est la seule plate-forme internationale et intergouvernementale du système des Nations Unies dans laquelle les gouvernements, les représentants des peuples autochtones, les pêcheurs, les petits exploitants et les agriculteurs familiaux, les éleveurs, les pasteurs, les paysans sans terre, les femmes, les jeunes, les travailleurs de l’alimentation et de l’agriculture, les consommateurs, les précaires urbains en situation d’insécurité alimentaire, les organisations des Nations Unies et le secteur privé collaborent pour assurer la réalisation du droit à une alimentation suffisante. Continue le lire…

Mise à jour sur le Rapport du CIN2

Intervention de Peggy Pascal, Action Contre La Faim, France, au nom du Groupe de travail du MSC sur la Nutrition

Les Systèmes Alimentaires basés sur des aliments  » industrialisés  » hautement transformés (vides en macronutriments et vitamines essentielles) nous rendent malades. Comme le rappelle le rapport du Groupe d’experts de haut niveau, une personne sur trois dans le monde souffre d’une forme de malnutrition et ce chiffre va augmenter jusqu’à représenter la moitié de l’humanité en 2050. Jusqu’ à quand allons-nous tolérer cela? Depuis la conférence CIN2 en 2014, nous avons encouragé et salué les engagements des Etats membres en faveur de la nutrition, que ce soit dans le cadre des ODD ou à travers du lancement de la Décennie d’action.

En tant que société civile, nous avons été à vos côtés pour faire des propositions concrètes et nous avons lancé, en 2014, lors de la CIN2, la Décennie des peuples pour la nutrition afin de souligner notre détermination et notre engagement à construire une bonne nutrition pour tous. Continue le lire…

1er Jour – 09 Octobre 2017

Le CSA et le Programme 2030: réflexions émanant du Forum politique de haut niveau 2017 et contribution au Forum politique de haut niveau 2018.

Intervention de Stefano Prato, Society for International Development, Italie, au nom du Groupe de Travail du MSC sur les ODD

 

Intervention de Elenita Neth Daño, ETC Group, Philippines, au nom du Groupe de Travail du MSC sur les ODD

 

Intervention de Antonio Gonzalez, MAELA, Guatemala, au nom du Groupe de Travail du MSC sur les ODD