Consultation électronique du HLPE sur les données

pexels-markus-spiske-330771

Outils de collecte et d’analyse des données pour la sécurité alimentaire et nutrition

Consultation électronique du HLPE sur la portée du rapport

Date limite 21 Mars 2021

Le MSC est en train de lancer un appel à la création d’un nouveau groupe de travail sur les données.

Si vous êtes intéressé, veuillez écrire au Secrétariat du MSC!


 

Lors de sa quarante-sixième session plénière, tenue du 14 au 18 octobre 2019, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) a demandé à son Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (GrEHN-SAN / HLPE) de produire un rapport intitulé “Outils de collecte et d’analyse de données pour la securitè alimentaire et la nutrition”, qui sera présenté à la 50ème session plénière du CSA, prévue en octobre 2022 (Veuillez cliquer ici pour télécharger le programme de travail pluriannuel du CSA).

Le rapport, formulera des recommendations au CSA pour son axe de travail relatif aux «Outils de collecte et d’analyse de données [pour la sécurité alimentaire et la nutrition]», s’attachera, en particulier, à:

  • Mettre en évidence les obstacles qui entravent le recueil, l’analyse et l’utilisation de données de qualité lors de la prise de décision;
  • Déterminer les lacunes à combler en priorité en matière de production et d’analyse de données et qui ne sont pas prises en compte dans les initiatives en cours;
  • Indiquer les avantages liés à l’utilisation de données et les coûts d’opportunité en cas de non-utilisation dans la prise de décision;
  • Donner des exemples d’initiatives ayant encouragé la prise de décision fondée sur des éléments factuels dans les domaines de l’agriculture et de la sécurité alimentaire dans les secteurs public et privé et dans le milieu universitaire, et d’approches qui n’ont pas fonctionné;
  • Démontrer que la collecte et l’utilisation de données permettent aux personnes les plus concernées par les politiques qui découlent de ces données, y compris les agriculteurs et les autres producteurs d’aliments, de faire entendre leur voix.

Afin de mettre en œuvre cette demande du CSA, le GrEHN-SAN/HLPE a lancé une consultation électroniqueouverte à tous, afin de recueillir les avis et commentaires sur sa proposition de portée et de plan du rapport présentés ci-dessous.

Votre attention est appelée sur le fait que, parallèlement à la présente consultation visant à établir la portée du rapport, le GrEHN-SAN / HLPE invite les experts intéressés à présenter se porter candidats à l’équipe de projet chargée d’élaborer le rapport. L’appel à candidature restera ouvert jusqu’au 28 février 2021. Veuillez cliquer ici pour en savoir plus.

Projet de portée du rapport sur les outils de collecte et d’analyse de données pour la SAN proposé par le Comité directeur du GrEHN-SAN / HLPE

«Bien qu’il soit communément admis que la pertinence des décisions politiques requiert des informations et des données de bonne qualité, de nombreux pays, en particulier à revenu faible ou à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, ne disposent pas de statistiques fiables et à jour relatives à l’agriculture et à la sécurité alimentaire. Malgré les efforts déployés, la plupart de ces pays ne réalisent toujours pas d’enquêtes régulières sur les ménages et les exploitations agricoles, ne respectent pas les exigences minimales en matière transmission de données, ne sont pas dotés de systèmes de données pérennes et n’ont pas les capacités suffisantes pour analyser ni utiliser les données disponibles.

Par ailleurs, il est essentiel, pour résoudre les pro8blèmes de qualité des données, de suivre les progrès accomplis et de connaître l’état d’avancement de la concrétisation des objectifs communs, les ODD, au niveau mondial. Pour chaque indicateur des ODD, on a désigné un garant parmi les organismes spécialisés des Nations Unies afin que soient produites des statistiques mondiales fiables qui permettent de suivre les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Programme 2030. Cependant, la réussite des ODD tient largement au renforcement de la collecte de données et des capacités statistiques au niveau national, y compris à l’appui de la coordination entre les services statistiques nationaux.

Ces dernières années, plusieurs initiatives[1] ont été lancées en faveur de l’investissement dans le renforcement des systèmes de données nationaux, sous plusieurs formes: assistance technique, innovation et recherche méthodologiques, renforcement des capacités nationales en matière de collecte, de traitement, d’analyse et d’utilisation de données agricoles.

Toutefois, cela ne suffit pas. Il convient donc de déployer des efforts supplémentaires au niveau mondial pour permettre de jeter les bases d’une prise de décision en connaissance de cause, d’établir des normes en faveur de politiques fondées sur des données améliorées dans le domaine de la sécurité alimentaire et de la nutrition et d’accroître l’efficacité du suivi, de l’examen et des mesures qui en découlent aux fins de la concrétisation de l’ODD n° 2.

Bien entendu, les sources de données sont vastes et variées et doivent être collectées et utilisées dans un souci de transparence, d’ouverture et conformes aux normes juridiques et aux principes des droits de l’homme pertinents.» (Extraits du Programme de travail quadriennal du Comité de la sécurité alimentaire mondiale).

En particulier, la technologie fondée sur les données (par exemple l’Internet des objets) La technologie basée sur les données soulève des inquiétudes quant à la confidentialité des données et l’agencéité des agriculteurs, en particulier lorsque les données de production spécifiques à l’exploitation sont transférées au secteur privé. Une autre préoccupation importante concerne les données et la fracture numérique, qui peuvent encore aggraver les inégalités rurales en restant inaccessibles aux agriculteurs pauvres et en situation d’insécurité alimentaire.

Les objectifs de ce rapport sont d’identifier les défis et les lacunes dans la collecte, l’analyse et l’utilisation des données dans les processus de prise de décision en matière de sécurité alimentaire et de nutrition. Le rapport se penchera sur les cadres conceptuels existants qui sous-tendent la collecte, l’analyse et l’utilisation des données sur le FSN. Le rapport identifiera également des exemples et des initiatives réussis pour la collecte et la production de données, y compris ceux qui engagent tous les acteurs des systèmes alimentaires (tels que les travailleurs agricoles, les agriculteurs et les producteurs) et qui contribuent à la valorisation des connaissances autochtones.

Le rapport explorera comment les méthodologies de recherche qualitative (y compris les études de cas, les expériences vécues, les connaissances traditionnelles, autochtones et locales) peuvent permettre une compréhension plus approfondie des problèmes de SAN et des pratiques agricoles durables. Les recommandations aideront les pays à mieux recueillir et analyser les données pour suivre leurs progrès vers l’ODD2 et les ODD connexes. Le rapport explorera spécifiquement les analyses de données et les outils nécessaires pour garantir que les politiques de SAN abordent toutes les dimensions de la sécurité alimentaire, y compris, comme cela fut identifié par le HLPE, l’agencéité et la durabilité (HLPE, 2020), et quels sont les défis spécifiques dans la mesure ces deux dimensions et les causes de la difficulté à attendre les objectifs de SAN. Une attention particulière sera accordée aux défis et aux solutions pour autonomiser les agriculteurs, les producteurs et les travailleurs dans la génération, l’accès et l’utilisation des données et à la gouvernance des systèmes de données et d’information.

Avec cette consultation électronique, le comité directeur du HLPE sollicite vos commentaires. En particulier, vous êtes invité à:

  • Partager vos commentaires sur les objectifs et le contenu de ce rapport comme indiqué ci-dessus.
  • Partager les bonnes pratiques et les expériences réussies permettant de:
    1. Améliorer la collecte et l’analyse des données quantitatives et qualitatives;
    2. Remédier aux lacunes des capacités des institutions locales, des organisations d’agriculteurs, de producteurs et de travailleurs en matière de production, de partage et d’analyse de données de bonne qualité, ainsi que d’utilisation des données pour éclairer la prise de décision dans les systèmes alimentaires;
    3. Renforcer les capacités au niveau des pays pour générer et utiliser des données dans les processus d’élaboration des politiques, le suivi et l’établissement de rapports liés à l’ODD2; y compris en ce qui concerne les ressources financières, les ressources humaines, la gestion des données, la législation et l’environnement propice et la gouvernance de la SAN.
  • Partager les références les plus récentes à prendre en compte dans ce rapport.
  • Répondre aux questions suivantes pour guider l’élaboration du rapport:
    1. De quelles données les pays ont-ils besoin pour prendre des décisions plus efficaces en matière de sécurité alimentaire et de nutrition et pour éclairer les politiques de transformation des systèmes alimentaires?
    2. Quelles sont les lacunes et les barrières dans la production et l’utilisation des données nationales et internationales concernant la FSN? Quel type de données sera le plus utile pour mesurer les dimensions de la sécurité alimentaire, en particulier «l’agencéité» et la «durabilité»?
    3. Quels sont les processus nationaux et internationaux actuels de collecte, de traitement, d’analyse et d’utilisation de statistiques fiables et précises sur l’agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition? Quelles sont les lacunes, défis et inégalités principaux dans les processus existants?
    4. De quelles politiques les pays ont-ils besoin pour renforcer leurs capacités à collecter, traiter, analyser et utiliser des données qualitatives et quantitatives de qualité pour atteindre les objectifs du Programme 2030? Quels secteurs les pays devraient-ils prioriser pour renforcer leurs systèmes de données et d’information (éducation, technologie, finances, participation, etc.)?
    5. Quels sont les besoins de financement et les mécanismes et outils financiers qui devraient être mis en place pour permettre à tous les pays de recueillir, analyser et utiliser les données relatives à la SAN?
    6. Quels sont les nouveaux développements les plus prometteurs en matière d’innovation et de technologie de l’information et de la communication, y compris l’intelligence artificielle, dans la collecte, l’analyse et le partage de données qui pourraient être appliqués à la sécurité alimentaire et à la nutrition?
    7. Comment les recensements agricoles, les enquêtes rurales et auprès des ménages, l’observation de la Terre et d’autres mégadonnées peuvent-ils être utilisés pour améliorer les politiques et les résultats en matière de sécurité alimentaire et de nutrition? Dans quelle mesure ces derniers sont-ils intégrés et coordonnés pour fournir les données fiables et opportunes nécessaires aux politiques et interventions en matière de sécurité alimentaire et de nutrition?
    8. Quels sont certains des risques inhérents aux technologies basées sur les données pour la SAN? Comment ces risques peuvent-ils être atténués? Quels sont ceux des problèmes liés à la confidentialité, à l’accès et au contrôle des données qui devraient être le plus particulièrement pris en compte?
    9. Quelles sont les capacités réelles des pays à suivre la réalisation des ODD, quels sont les besoins de renforcement des capacités, en particulier en ce qui concerne les données pour l’ODD2? Quel renforcement des capacités est nécessaire pour assurer la collecte, l’analyse, le suivi et la communication des données sur la sécurité alimentaire et la nutrition aux niveaux national et régional? Comment assurer l’harmonisation des données à tous les niveaux?
    10. Quelles sont les lacunes en ce qui concerne les outils de collecte et d’analyse des données pour la SAN par rapport aux initiatives et programmes existants?
    11. Comment la communauté internationale, avec les États, peut-elle assurer la gouvernance des données et des systèmes d’information pour la SAN? Quel mécanisme ou organisation devrait assurer une bonne gouvernance des données et des systèmes d’information? Comment réguler et atténuer les conflits potentiels entre propriétés publique et privée des données?

[1]   Stratégie mondiale de la FAO pour l’amélioration des statistiques agricoles et rurales (FAO), programme de la Banque mondiale «Étude sur la mesure des niveaux de vie – Enquêtes intégrées sur l’agriculture», programme AGRISurvey de la FAO et l’initiative 50×2030 destinée à combler les lacunes en matière de données agricoles.