Rome, Italie. Dans le cadre du 10ème anniversaire de l’adoption des Directives Volontaires pour une Gouvernance Responsable des Régimes Fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale, (DVGT), des centaines d’organisations de petits producteurs alimentaires, de peuples autochtones, de travailleurs, de communautés urbaines et de la société civile ont signé la déclaration internationale « We Belong to the Land » – Nous appartenons ous appartenons à la terre.  

Les signataires ont reconnu que depuis 2012, grâce à l’utilisation des DVGT, « les organisations sociales ont été en mesure d’influencer les politiques publiques et ouvrir des espaces de dialogue et de négociation avec les gouvernements, les autorités locales et les organismes régionaux », ce qui a conduit dans certains cas au vote et à la mise en œuvre de nouvelles lois et politiques. Cependant, à ce jour, les organisations n’ont pas été en mesure de s’attaquer aux causes structurelles de la dépossession, de la concentration des terres et de la destruction des écosystèmes. Un appel est donc lancé aux États, à la FAO et à l’ensemble du système des Nations unies à mettre en œuvre la réforme agraire, afin de faire des droits fonciers une réalité. 

La déclaration internationale peut être lue ici. 

D’autre part, le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale et la FAO ont organisé un événement commémoratif à l’occasion de la Journée internationale de la sécurité alimentaire. Mani Jorge Stanley, membre du Conseil international des traités indiens (IITC) et du MSCPA, a participé à l’événement : « Il y a dix ans, nous avons participé aux négociations des Directives sur la gouvernance foncière, un événement qui nous a demandé plus de trois ans de négociations entre les États membres, le secteur privé, les mouvements sociaux et les peuples autochtones. Et pendant cette période, de nombreux frères et sœurs ont laissé leur vie, ont été assassinés pour avoir résisté à l’accaparement des terres et défendu leurs territoires. »

Au cours de son intervention, il a appelé à la création d’une Conférence internationale sur la réforme agraire afin de coordonner une réponse mondiale à la concentration croissante et non durable des terres et des ressources naturelles entre les mains de quelques acteurs puissants.

Télécharger l’intervention écrite en PDF

to top
Appel à l’action
Participe aux mobilisations citoyennes

Pour contester le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires!

Je suis partant.e