Tyler Short, du Comité de coordination du MSCPA, a fait cette déclaration au nom du MSCPA lors de la dernière journée et du dernier tour de table de la 51ème session plénière du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA). Lire la transcription ci-dessous :

“Merci, Monsieur le Président, de nous accorder la parole. Nous sommes d’accord avec vous. Nous avons besoin de plus de dialogue. Honteusement, le gouvernement auquel je paie des impôts a déjà quitté la salle plénière, mais je remercie tout le monde d’être resté ici.

Malheureusement, le MSPCPA doit se demander : est-ce que quelqu’un ici pense réellement que la nourriture et l’eau devraient être utilisées comme armes de guerre ? Quelqu’un ici pense-t-il que les biens et services essentiels ne devraient pas parvenir aux civils palestiniens ? Quelqu’un ici pense-t-il qu’il faudrait empêcher les ABR de faire leur travail qui sauve des vies sur le terrain ? Vous faites de la politique et iels ont faim. Vous faites de la politique et la guerre continue. De toute évidence, le CSA ne peut pas arrêter la guerre, mais nous pouvons nous efforcer de réaliser le droit à l’alimentation pour tou.te.s.

Les règles! Quelles règles ? La loi internationale? Qu’en est-il des droits de l’homme ? Ne s’agit-il pas de règles à considérer également et à appliquer ? Eux aussi sont juridiquement contraignants. Le CSA a un mandat et nous avons une vision commune pour réaliser le droit à l’alimentation. Malheureusement, certains États membres ont dû perdre cette vision. Alors vous ne voyez pas ? Vous ne voyez pas ce qui se passe ?

New York, Genève et Rome, ne sommes-nous pas connectés ? Le CSA peut-il faire un pas en avant ? Pouvons-nous affirmer notre foi dans les droits humains fondamentaux, dans la dignité et la valeur de la personne humaine ? Dans l’égalité des droits des nations, grandes et petites ? Nous voyons de l’hypocrisie, et pourtant nous sommes toujours là.

Nous croyons au CSA et nous le défendons. Nous revendiquons notre droit de participer directement à ce comité. Vous ne pouvez pas nous enlever cela.

Le texte proposé par l’Égypte s’aligne clairement sur le cadre d’action du CSA en cas de crise protégée et de nombreux États membres soutiennent lors des négociations politiques que le langage convenu doit toujours être maintenu. Qu’en est-il de ce produit politique du comité ? Nous avons ce cadre d’action pour une raison. Il est donc temps de passer à l’action. Malheureusement, il semble que nous ne puissions pas terminer nos travaux aujourd’hui, mais nous devons encore faire un pas en avant. Sinon, que se passera-t-il ? Combien de vies supplémentaires seront enlevées à cette terre ?

Depuis le MSCPA, nous réaffirmons donc notre appel à la paix. Nous appelons au respect du droit international. Le droit à l’alimentation doit être réalisé partout et pour tou.te.s. Merci.

Tyler Short au nom du Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSCPA) du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA)

Contacts
Twitter
Contacts

Privacy PolicyCookie Policy

Csm4cfs © 2024. Website by Marco Principia

to top
Appel à l’action
Participe aux mobilisations citoyennes

Pour contester le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires!

Je suis partant.e