29 septembre 2022. Rome, Italie. Les systèmes économiques et alimentaires dominants, ainsi que les conflits et les guerres, sont à l’origine de crises multiples, comme en témoignent les crises alimentaires persistantes à plusieurs niveaux, le changement climatique catastrophique, les urgences en matière de santé publique et l’augmentation constante des niveaux de pauvreté et d’inégalité. C’est la principale conclusion d’un rapport lancé aujourd’hui par le plus grand espace international autonome d’organisations de la société civile et de peuples autochtones œuvrant à l’éradication de l’insécurité alimentaire. Ces crises ne pourront être surmontées que si elles sont comprises de manière globale et systémique. Il est urgent de procéder à une transformation profonde, fondée sur les droits humains, du système alimentaire mondial et du modèle économique.

Intitulé Voix des communautés 2 : des solutions transformatrices pour répondre aux crises alimentaires systémiques mondiales, le rapport synthétise la riche analyse et les recommandations qui ont émergé d’une consultation populaire mondiale menée par le Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSCPA) en 2022 sur les impacts du COVID-19, des conflits et des crises sur le droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire. La consultation, qui s’est déroulée au moyen d’un questionnaire en ligne et de 20 heures de vidéoconférences, a recueilli 539 contributions de 63 pays du monde entier, en thaï, arabe, ourdou, philippin, russe, portugais, espagnol, français et anglais.

Le principal message qui ressort de ces consultations est que la souveraineté alimentaire fondée sur l’agroécologie constitue la solution la plus durable à ces crises. Elle garantit le droit à une alimentation saine et culturellement appropriée, produite par des méthodes écologiquement saines et durables, ainsi que le droit des populations à définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles. 

Le rapport est publié avant la 50e session plénière du Comité des Nations unies pour la sécurité alimentaire mondiale (CSA), au cours de laquelle les gouvernements discuteront des politiques publiques susceptibles de transformer efficacement les systèmes alimentaires mondiaux. Le CSA est le seul forum multilatéral inclusif existant dans lequel les différentes dimensions de la crise alimentaire mondiale peuvent être rassemblées dans un cadre de droits humains. 

Selon le rapport, le CSA devrait fournir des orientations aux gouvernements sur la manière de s’attaquer à la crise alimentaire au niveau des pays, des directives sur la manière d’orienter les financements et les questions de politique internationale à traiter. Le CSA pourrait également mettre en place un mécanisme de suivi incluant des voix du terrain et avec le soutien du Groupe d’experts de haut niveau (HLPE), qui puisse prévoir et aider à prévenir les crises futures. 

Ressources

Le rapport a été élaboré par le Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSCPA) pour les relations avec le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) des Nations unies et comprend les voix des petits producteurs alimentaires, des peuples autochtones, des travailleurs, des peuples sans terre, des personnes en situation d’insécurité alimentaire en milieu urbain, des consommateurs, des femmes et des jeunes.

Contacts pour les médias :

marion.girard.cisneros@csm4cfs.org et betsy.diaz.millan@csm4cfs.org

Déclarations 

“Les consultations populaires ont débouché sur des demandes à court et à long terme aux gouvernements et au système des Nations unies. Les mesures à court terme, nécessaires pour faire face immédiatement à la crise, doivent être cohérentes avec les mesures à plus long terme indispensables pour transformer nos systèmes alimentaires.” – Hala Barakat, HIC international, membre du Comité de coordination du MSCPA

“Nous soulignons la nécessité d’une orientation politique coordonnée et cohérente émanant du CSA pour faire face aux crises actuelles et prévenir les crises futures.” – Hala Barakat, HIC international, membre du CC du MSCPA

“Affectés par des inégalités structurelles introduites dès la colonisation et renforcées par les politiques néolibérales, les pays africains souffrent aujourd’hui d’une dépendance des importations alimentaires et des niveaux d’endettement insoutenables qui, liés aux conditionnalités des accords de libre échange, affectent gravement les capacités des gouvernements à mettre en place une protection sociale efficace et des mesures de développement centrées sur les besoins des populations.” – Sefu Sanni, Marche mondiale des femmes, coordinatrice du groupe de travail jeunesse du MSCPA

“L’Afrique est la première victime des inégalités mondiales existantes : une puissance économique subordonnée sur la scène mondiale, avec une voix limitée dans la prise de décision politique qui affecte directement le continent et ses nations, et une répartition extrêmement inégale des coûts et des bénéfices découlant de l’exploitation de ses ressources naturelles.” – Sefu Sanni, Marche mondiale des femmes, coordinatrice du groupe de travail jeunesse du MSCPA

“Contrairement à ce que pensent de nombreux décideurs, les crises récurrentes auxquelles le monde a été soumis ne peuvent être résolues par le soi-disant “libre-échange”, les chaînes d’approvisionnement mondiales et l’augmentation de la productivité que prône l’agriculture industrielle. Nous avons besoin d’urgence d’un changement de paradigme où les entreprises ne sont pas autorisées à dominer la gouvernance économique, où l’élaboration des politiques et les réponses aux crises sont guidées par les besoins réels et les expériences des gens, et où les droits humains et le respect de la nature sont prioritaires par rapport au profit.” – Shalmali Guttal, Focus on the Global South, membre du groupe de travail du MSCPA de la gouvernance alimentaire mondiale et co-autrice du rapport.

Retrouvez-nous en ligne :

Website | Twitter | YouTube | LinkedIn

Twitter
Contacts
Twitter
Contacts

Privacy PolicyCookie Policy

Csm4cfs © 2022. Website by Marco Principia

to top
Appel à l’action
Participe aux mobilisations citoyennes

Pour contester le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires!

Je suis partant.e