• Le groupe de travail sur les femmes et les diversités de genre du Mécanisme de la société civile et des Peuples Autochtones (MSCPA) a publié une déclaration dans laquelle il appelle les États membres du Comité des Nations unies pour la sécurité alimentaire mondiale (CSA) à s’efforcer de parvenir à un accord sur des directives volontaires en matière d’égalité des genres dans le contexte de la sécurité alimentaire et de la nutrition.   
  • La déclaration exige un processus complet et inclusif de directives volontaires du CSA avec le soutien de spécialistes d’un large éventail de questions croisées qui empêchent la réalisation du droit à l’alimentation.

24 novembre 2022, Rome, Italie. À l’échelle mondiale, la prévalence de l’insécurité alimentaire est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a récemment signalé que près de 32 % des femmes dans le monde étaient en situation d’insécurité alimentaire modérée ou grave, contre 27,6 % des hommes en 2021. L’une des causes les plus importantes de cet écart croissant est liée à la violence sexuelle et sexiste (VSBG)

  “Nous avons démontré comment la violence fait encore partie de notre quotidien. Nous avons montré comment elle s’entrecroise avec d’autres formes d’oppression, nous empêchant d’accéder aux ressources naturelles, de produire et d’avoir accès à la nourriture dans la dignité”, exprime le déclaration publié par le groupe de travail de la CSIPM sur les Femmes et diversités de genre (WGD WG).

La violence fondée sur le genre (VFG) a des conséquences graves et négatives pour les victimes, les survivants et leurs familles et communautés, et a un impact dévastateur sur la productivité agricole, la sécurité alimentaire et la nutrition (FAO, 2017).  La violence peut se manifester sous des formes physiques, sexuelles et psychologiques. Glorene Das, du  Mécanisme de la société civile et des Peuples Autochtones (MSCPA) et de la Asian Women Rural Coalition, a récemment décrit une forme émergente de violence qui voit les femmes privées de nourriture sur leur lieu de travail, suivie d’une séquestration forcée, du non-paiement des salaires et d’heures de travail excessivement longues.

Comme le cas de Suri, qui n’est pas le vrai nom d’une employée de maison indonésienne, qui a été secourue et hospitalisée l’année dernière pour une perte de poids importante. Son employeur ne la nourrissait qu’avec des nouilles instantanées trois fois par jour, et parfois elle recevait du riz et du pain, ou pas de nourriture du tout. Selon Glorene, il y a dans le monde au moins 67 millions de travailleurs domestiques, et beaucoup d’entre eux sont dans la même situation. 

Les impacts négatifs de la VBG entraînent une augmentation de la pauvreté, créant ainsi un cycle auto-renforcé de sous-développement, de pauvreté et de violence (UNGA, 2006). En outre, parce qu’elle touche principalement les femmes et les filles dans les âges productifs (15-45 ans), la VBG perpétue l’inégalité entre les sexes, freinant ainsi davantage les progrès en matière de réduction de la pauvreté (FAO, 2017).

la pandémie de COVID-19 a interrompu la formulation de nouvelles lois et stratégies pour la réalisation des droits humains des femmes et des communautés LGBTQI+ et, dans certains cas, a annulé de nombreux acquis durement gagnés au cours des dernières décennies. Comme le montrent les témoignages reçus Consultations régionales du MSCPA par Leonida Odongo, du Kenya. Haki Nawiri et le groupe de travail de MSCPA sur les Femmes et diversités de genre.

L’augmentation des cas de violence sexiste a également été enregistrée, en particulier sur les femmes et les filles. Pour les filles, cela s’est traduit par des grossesses précoces, certains de ces enfants ne sont pas encore retournés à l’école, d’autres ont été mariés, notamment celles qui ont été fécondées par des proches (l’inceste est un tabou dans la plupart des communautés africaines). La fermeture des marchés a renforcé la dépendance des femmes vis-à-vis des hommes au sein des ménages, les marchés étaient des sources de revenus pour les femmes pratiquant le petit commerce. Les marchés ont été fermés. Avec la fermeture des tribunaux physiques et le passage aux tribunaux virtuels, de nombreuses personnes n’ont pas pu accéder à la justice en raison des ajournements, les femmes ont dû rester dans le même foyer que leur agresseur, ce qui les rend plus vulnérables.

L’Organisation mondiale de la santé a constaté qu’en moyenne une femme sur trois dans le monde subira des violences de la part de son partenaire intime ou des violences sexuelles au cours de sa vie. La même étude a révélé que dans certains contextes de crise, la violence liée au sexe touche plus de 70 % des femmes (OMS, 2013). Il est grand temps de mettre en place des directives et des cadres juridiques mondiaux ambitieux, capables de mettre efficacement fin à la violence, à la discrimination et à toutes les formes d’injustice à l’encontre des femmes, des filles et des collectifs non hétéronormatifs, dans le contexte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que dans le contexte des conflits et de l’occupation militaire des territoires.

“Ceux qui vivent sous occupation sont confrontés à divers problèmes, comme le déplacement forcé, qui les empêche d’avoir une source de revenus et ce sont toujours les femmes qui rencontrent les plus grandes difficultés, par exemple, en Palestine, elles ne peuvent pas accéder aux terres agricoles.” Souad Mahmoud, de Tunisie. Marche mondiale des femmes et groupe de travail du MSCPA Femmes et diversités de genre.

Cette année, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) des Nations unies, a fourni une excellente occasion de développer un tel instrument politique pionnier et politiquement ambitieux. Le CSA est le principal espace multilatéral inclusif pour lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Il est le seul organe de ce type à privilégier une approche fondée sur les droits humains et à inclure un mécanisme – le MSCPA – destiné à faciliter la participation des personnes les plus touchées par la faim. Tout au long de 2022, des négociations et des débats ont eu lieu au CSA en vue d’élaborer et d’approuver les Directives volontaires sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles (GEWGE). Cependant, le processus a été bloqué par une coalition de pays quelques jours avant son approbation officielle. L’approbation aura probablement lieu en octobre 2023, lors de la 51e session plénière du CSA.

Les expériences passées démontrent que des lignes directrices et des instruments de politiques comme ceux-ci peuvent équiper les gouvernements des meilleures pratiques, des leçons apprises et des approches approuvées pour les politiques régionales, nationales et locales.

“Nous sommes convaincu.e.s qu’un véritable engagement en faveur de l’égalité des genres n’évite pas les positions divergentes, mais favorise plutôt la discussion sur les enjeux et tient compte des preuves disponibles. Le CSA doit les comprendre et les aborder dans leur intégralité. C’est la condition sine qua non pour que le MSCPA poursuive le processus de convergence politique”, déclare le groupe de travail “Femmes et diversité de genre” du MSCPA dans une déclaration officielle qui, à ce jour, a recueilli les signatures de plus de 450 organisations et personnes dans le monde entier. Une façon de poursuivre le processus d’élaboration des politiques de manière inclusive consisterait à ce que le CSA organise des sessions thématiques spéciales au cours desquelles des experts présentent des preuves afin d’éclairer les débats et les prochaines étapes.

Le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le Groupe de travail appelle le CSA et tous ses États membres et acteurs participants à renforcer leur engagement en faveur à obtenir un accord sur des directives volontaires qui s’attaquent véritablement à l’injustice structurelle et à l’asymétrie historique du pouvoir qui empêchent les femmes, les filles et les collectifs non hétéronormatifs de réaliser leurs droits fondamentaux, au sein et au-delà des systèmes alimentaires.

Lisez et signez la déclaration.

Liens utiles

Ressources

  1. Comment les interventions en matière de sécurité alimentaire peuvent-elles contribuer à réduire la violence fondée sur le genre, Issue Brief, FAO : https://www.fao.org/3/i7768e/i7768e.pdf 
  2. Violence basée sur le genre et insécurité alimentaire : Ce que nous savons et pourquoi l’égalité des sexes est la réponse. CARE.https://www.care.org/wp-content/uploads/2022/11/GBV-food-security-brief_FR.pdf
  3. Rapport SOFI de la FAO 2022. https://www.fao.org/documents/card/fr/c/CC0640FR
  4. AGNU. 2006. Étude approfondie de toutes les formes de violence à l’égard des femmes, Rapport du Secrétaire général. Document de l’ONU. A/61/122.Add.1 du 6 juillet 2006. 
  5. Organisation mondiale de la santé (OMS). 2013. Estimations mondiales et régionales de la violence à l’égard des femmes : prévalence et effets sur la santé de la violence entre partenaires intimes et de la violence sexuelle sans partenaire.https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/85242/WHO_RHR_HRP_13.06_fre.pdf?sequence=1

Media Contact

Marion Girard Cisneros | marion.girard.cisneros@csm4cfs.org

Betsy Díaz Millán | betsy.diaz.millan@csm4cfs.org 

Twitter
Contacts
Twitter
Contacts

Privacy PolicyCookie Policy

Csm4cfs © 2022. Website by Marco Principia

to top
Appel à l’action
Participe aux mobilisations citoyennes

Pour contester le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires!

Je suis partant.e