Messages clés du MSC lors de la 49e Plénière du CSA

Résumé des positions présentées par le Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones lors de la 49e session plénière du Comité de la sécurité alimentaire mondiale des Nations unies, qui s’est tenue du 11 au 14 octobre 2021.

Réponse politique du CSA à la crise de la COVID-19

Le CSA doit fournir des orientations politiques mondiales et adopter un rôle de coordination pour s’attaquer d’urgence à la crise de la sécurité alimentaire et de la nutrition exacerbée par la pandémie.

  • La COVID 19 a des impacts graves et durables sur la sécurité alimentaire et la nutrition, ainsi que sur le droit à l’alimentation et les droits humains qui y sont liés, en particulier pour les personnes les plus vulnérables. La pandémie a révélé et exacerbé les fragilités et les injustices structurelles existantes dans nos systèmes alimentaires et a accru les inégalités au sein des pays et entre eux, appelant à une transformation radicale de nos systèmes alimentaires dans le sens d’une plus grande résilience, équité et durabilité. Les pays qui souffrent de la dette et de la dépendance aux importations alimentaires sont particulièrement touchés et continueront de l’être au cours de la période à venir. Ils ont besoin de soutien et de solidarité au niveau mondial pour les aider à renforcer la production alimentaire nationale, à améliorer les liens entre producteurs et consommateurs, à valoriser les savoirs traditionnels et à mettre en place la protection sociale nécessaire.
  • La crise est multidimensionnelle. De fortes interconnexions existent entre les systèmes alimentaires et un large éventail d’autres facteurs, notamment la santé, les moyens de subsistance, les droits des travailleurs, l’égalité entre les genres, le climat, etc. La santé publique, les droits humains et le redressement économique ont tous un impact sur les systèmes alimentaires : l’alimentation affecte tout, et tout affecte l’alimentation. Une approche cloisonnée pour aborder les domaines d’impact spécifiques de la COVID 19 ne peut fonctionner. Compte tenu des causes complexes et profondes de la crise, il est également nécessaire de renforcer les capacités afin de prévoir la probabilité que la pandémie actuelle soit suivie d’autres à l’avenir et d’atténuer ces futurs événements ;
  • Des mesures ont été prises, et continuent de l’être, par différents acteurs et autorités aux niveaux local, national et régional pour faire face aux impacts à court et à long terme de la pandémie. Il est important de comprendre le contexte territorial dans lequel les initiatives locales sont développées, de partager les expériences et de renforcer les synergies entre les différents niveaux et groupes d’acteurs, et de veiller à ce que leurs efforts reçoivent le soutien cohérent et coordonné dont ils ont besoin au niveau mondial. L’approche du “chacun pour soi” ne nous permettra pas de sortir de la pandémie.
  • Au niveau mondial, les agences des Nations unies ont élaboré et adopté des instruments politiques et des programmes pertinents dans leurs secteurs respectifs. L’initiative “Une seule santé” (One Health) souligne l’importance de cadres coordonnés, tout comme la nécessité transversale d’adopter une approche centrée sur l’humain, une économie fondée sur les soins et la solidarité, ainsi qu’un cadre de droits humains capable de résoudre le problème structurel sous-jacent des inégalités en protégeant les personnes des facteurs de discrimination. L’équipe spéciale conjointe de la FAO-Union africaine sur la COVID est une initiative de soutien prometteuse dans le domaine de l’agriculture. Ce qui a manqué jusqu’à présent, c’est un processus permettant de rassembler les différentes perspectives et initiatives en une approche multisectorielle et coordonnée au niveau multilatéral pour identifier et répondre efficacement aux besoins immédiats engendrés par la COVID 19 tout en jetant les bases d’une transformation des systèmes alimentaires. Nous disposons désormais de suffisamment de connaissances, ce qu’il nous faut, maintenant, c’est agir.
  • Le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale est le forum approprié pour entreprendre cette tâche en raison de son mandat ancré dans le droit à l’alimentation, de sa composition et de son mode de travail inclusifs, de sa capacité de rayonnement du niveau local au niveau mondial, et du solide soutien fourni par le HLPE dont les conclusions et recommandations s’appuient sur des données scientifiques probantes. Les gouvernements doivent assumer leur rôle d’agents du changement, de régulateurs des systèmes alimentaires et de protecteurs de la planète, mais ils ne peuvent pas le faire seuls. La COVID-19 est la question prioritaire aujourd’hui, en particulier pour les pays les plus vulnérables, une approche inclusive, multisectorielle et multilatérale est nécessaire pour y faire face, et le CSA est le lieu pour commencer à la construire. L’OMS, l’OIT et le HCDH expriment leur volonté de participer à une initiative du CSA allant dans ce sens. La CSA 49 devrait convenir d’insérer dans la « section à évolution constante » du PTPA l’activité consistant à élaborer des orientations politiques coordonnées au niveau mondial sur les impacts de la COVID-19 sur la sécurité alimentaire et la nutrition. Il ne s’agit pas de s’engager dans un nouveau processus lourd de convergence des politiques, mais simplement d’exercer la fonction de coordination du CSA et sa capacité à rassembler les instruments politiques existants de manière holistique afin de répondre aux besoins des gouvernements et des communautés membres.
  • Les plus de 380 millions de membres affiliés au MSC sur tous les continents – paysans, petits exploitants agricoles, éleveurs, pêcheurs, peuples autochtones, travailleurs agricoles et alimentaires, sans terre, femmes, jeunes, consommateurs et précaires urbains en situation d’insécurité alimentaire – continuent de lutter contre les impacts dramatiques de la COVID-19. L’un des objectifs du MSC lors de la 47è plénière est d’apporter les preuves depuis le terrain et de rappeler aux délégués et aux gouvernements que les réalités de ces populations ne peuvent être ignorées.
  • La proposition concrète, élaborée par le groupe des EM et des participants engagés du CSA, consiste à inclure le texte suivant dans les décisions du CSA de cette plénière :
    1. Reconnaissant que la COVID 19 a des répercussions graves et durables sur la sécurité alimentaire et la nutrition, sur la capacité de vivre en bonne santé et sur le droit à l’alimentation et les droits connexes, en particulier pour les plus vulnérables ; que la pandémie a révélé et exacerbé les fragilités et les injustices structurelles existantes dans nos systèmes alimentaires ; que la nature multidimensionnelle et à plusieurs niveaux de la crise et la possibilité de pandémies récurrentes appellent une réponse politique coordonnée au niveau multilatéral ;
    2. Le CSA décide de créer un groupe de travail sur la COVID-19, avec le soutien scientifique du Groupe d’experts de haut niveau, ouvert aux États membres de toutes les régions et aux autorités régionales intéressées, aux organisations régionales et aux autres agences des Nations unies intéressées, au Mécanisme pour la sécurité alimentaire et au Mécanisme pour la protection du consommateur, avec pour mandat a) de préparer, au cours des premiers mois de 2022, une manifestation spéciale de haut niveau sur l’élaboration d’une réponse politique coordonnée au niveau mondial à la COVID-19 et, b) sur la base des résultats de l’événement et des données et avis d’experts existants, préparer un projet de document de coordination des politiques en réponse à la crise de la sécurité alimentaire et de la nutrition exacerbée par la COVID-19, pour examen et adoption par la CSA 50.

Préoccupations et exigences concernant le Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires et ses implications potentielles pour le CSA

Les préoccupations du MSC concernant l’UNFSS sont nombreuses et ont été exprimées de manière éloquente par de nombreuses lettres de signatures, des contre-mobilisations autonomes massives, des recherches et des déclarations politiques de tous les groupes du MSC et de toutes les régions du monde.

Les principales préoccupations sont les suivantes :

  • Malgré les affirmations des organisateurs de l’UNFSS, le Sommet et les processus opaques et favorables aux entreprises qui l’ont précédé, n’ont pas répondu aux attentes des populations et aux objectifs d’inclusion et de transformation qu’ils se sont eux-mêmes fixés. La volonté clairement établie de manquer la cible en reconnaissant et en abordant les facteurs les plus importants de l’augmentation de la faim dans le monde et des crises climatiques était évidente dès le départ – l’agriculture industrielle, la concentration des entreprises dans les systèmes alimentaires et les disparités sociales, politiques et économiques systémiques qui exacerbent la faim et la malnutrition n’étaient pas au centre de l’agenda. Alors que nos systèmes alimentaires continuent de lutter contre les impacts de la COVID 19, s’il n’y a jamais eu un moment opportun pour un changement systémique du statu quo, c’est bien au cours des années qui ont précédé l’UNFSS.
  • Au lieu de cela, nous avons vu l’UNFSS se concentrer sur la finance, les technologies d’entreprise et l’innovation comme solutions, qui sont sur le point d’exacerber une série de problèmes structurels tels que les droits de propriété intellectuelle sur les semences et les connaissances, la privatisation des données sur les pratiques des agriculteurs, et l’accaparement des terres et des mers, des problèmes qui compromettront l’approvisionnement alimentaire à petite échelle dont dépendent les communautés vulnérables et marginalisées du monde.
  • Deuxièmement, le concept de multipartenariat qui a été imposé à tous les niveaux du sommet n’a jamais tenu compte des déséquilibres de pouvoir flagrants entre les producteurs de denrées alimentaires et les entreprises agroalimentaires, entre les pays de l’OCDE et de nombreuses nations du Sud, et a tout simplement ignoré les questions de conflit d’intérêts, qui ont collectivement sapé la légitimité du sommet. Ces échecs de gouvernance marginalisent encore davantage les communautés et les voix de la base, déjà trop souvent ignorées par les gouvernements puissants et les acteurs du monde des affaires. Ce système est également défaillant pour les États membres, qui ont perdu le contrôle de ce qui relève de leur responsabilité en tant que porteurs de devoirs.
  • Troisièmement, le Sommet a échoué sur la question fondamentale des droits humains : Un événement non normatif organisé par le Secrétaire général de l’ONU ne peut pas saper les normes, les instruments et les institutions existantes fondés sur les droits humains. Les critiques concernant la faiblesse des fondements du Sommet en matière de droits humains ont été exprimées de manière éloquente et fréquente par de nombreux acteurs à l’intérieur et à l’extérieur du processus du Sommet tout au long de celui-ci, mais ont été systématiquement ignorées.
  • Enfin, nous soulignons nos préoccupations quant au fait que l’e Sommet UNFSS continue d’outrepasser son mandat en se prolongeant au-delà du 23 septembre sous la forme d’un « centre de coordination » au sein des agences de l’ONU basées à Rome. Les États membres n’ont pas demandé, négocié ou accepté de mettre en place ces nouvelles structures et ces nouveaux mécanismes, ce qui menace de dégrader encore plus la confiance du public dans ces institutions. Ce centre de coordination a été conçu comme un mécanisme destiné à promouvoir les nombreuses voies et coalitions d’action nationales ambiguës et opaques en matière de systèmes alimentaires. Ces vestiges du Sommet ne permettront pas une participation crédible ou significative de la société civile et des mouvements sociaux aux niveaux national et international, et c’est pourquoi le MSC ne les reconnaît pas.

Au cours des deux derniers mois, la déclaration politique de la Réponse Autonome du Peuple, qui tiré les signaux d’alarme, a reçu un soutien massif avec plus de 1000 soutiens et signatures d’organisations. Cette condamnation collective ne peut être ignorée et doit déterminer la manière dont nous maintenons le rôle essentiel du CSA dans l’architecture de la gouvernance alimentaire mondiale de l’ONU.

Renforcer le CSA et la gouvernance alimentaire mondiale démocratique

  • Le Sommet UNFSS n’a pas satisfait aux exigences fondamentales des procédures légitimes, intergouvernementales et transparentes des Nations unies. En revanche, le CSA, en tant que principale plateforme intergouvernementale et internationale inclusive, prend ses décisions sur la base d’un processus négocié avec la participation des personnes les plus touchées par l’insécurité alimentaire. Compte tenu des opinions fortement divergentes entre les États membres, les scientifiques et les organisations de la société civile et des peuples autochtones, le CSA doit procéder à une évaluation audacieuse et honnête du processus préparatoire du Sommet et de son suivi prévu en ce qui concerne l’architecture légitime des institutions existantes et leurs mandats, et la manière dont il a exercé une influence indue sur deux négociations importantes qui, selon nous, ont abouti à des résultats nettement en dessous des attentes.
  • En outre, le CSA actuel ne doit pas hésiter à aborder des questions controversées, comme le débat tant attendu sur l’impact du commerce et de la concentration des entreprises sur les systèmes alimentaires. Après la discussion en séance plénière, des discussions supplémentaires de grande ampleur peuvent s’avérer nécessaires. Le projet de cadre de décision du CSA devrait en tenir compte. Il ne serait pas judicieux que le Bureau prenne une décision hâtive sur ce point sans consulter de manière appropriée les États membres et les participants du CSA.
  • La MSC partage les vives inquiétudes exprimées par les présidents du CSA et du HLPE et par les rapporteurs spéciaux des Nations unies sur le droit à l’alimentation et sur l’extrême pauvreté et les droits humains concernant les propositions de création d’une nouvelle interface science-politique, qui risquent de saper le rôle et les attributions du HLPE, d’exclure les voix de nombreux acteurs des systèmes alimentaires, de fragmenter la gouvernance des systèmes alimentaires et de porter un coup critique au CSA. Nous appelons les EM et les participants au CSA à s’engager sans équivoque à soutenir et à renforcer le HLPE.
  • Nous réaffirmons notre engagement à renforcer et à démocratiser davantage les Nations Unies, nos institutions publiques et nos systèmes alimentaires, et à les défendre contre la mainmise des entreprises. Nous comptons sur les États membres et le CSA pour prendre au sérieux leur rôle et leurs responsabilités, et pour remplir leurs obligations envers les peuples du monde, dans la lettre et dans l’esprit. Vous, en tant que gouvernements, et nous, en tant que détenteurs de droits et sociétés, devons nous donner la main et travailler ensemble, afin de garantir que nous ne continuions pas à manquer à nos obligations envers les populations et la planète.

Revendications politiques du groupe de travail sur la jeunesse

Les principales attentes du groupe d’intérêt des jeunes à l’égard du prochain processus politique du CSA sont les suivantes : Ce processus politique sur la jeunesse est l’occasion pour le CSA de faire véritablement preuve d’ambition. Plus de fausses solutions ! Ou, comme Greta, du mouvement des jeunes pour le climat, l’a récemment déclaré avec beaucoup d’éloquence : C’est fini le “bla bla bla…”

  • Nous attendons à ce que certains gouvernements ajoutent une série de mises en garde à toute mention de transition ou de changement de système, édulcorant les recommandations au point qu’elles deviennent honteusement inadéquates pour répondre de manière urgente, par des solutions holistiques, aux crises croisées auxquelles les jeunes sont confrontés aujourd’hui.
  • Nous nous attendons à ce que certains États membres s’opposent à l’utilisation du terme “personnes marginalisées” ou “groupes sociaux marginalisés”. Se contenter de dire que les gens vivent des “situations vulnérables” évite de nommer et de résoudre les causes profondes de la vulnérabilité et du risque, en particulier les inégalités économiques, l’oppression sexuelle et sexiste, et l’expansion du contrôle des entreprises sur les systèmes agroalimentaires.
  • Nous prévoyons que certains gouvernements résistent à la reconnaissance des droits des femmes. Les droits des femmes et l’autonomie des femmes sont au cœur de notre travail au sein du MSC Jeunesse, tout comme les droits des communautés LGBTQ+. Ces droits ne peuvent être envisagés uniquement dans le contexte de la sécurité alimentaire et de la nutrition. Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes sociaux de manière isolée. Nous devons avancer de manière holistique.
  • De plus, nous nous attendons à de nouveaux dénis et à un manque de respect du droit international. Les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales seront un point de référence majeur pour les jeunes du MSC dans ces négociations. Il n’y a pas d’avenir sans souveraineté alimentaire, et les droits des paysans sont la base de systèmes alimentaires démocratiques, localisés et écologiquement sains.

Le rapport du HLPE – Promouvoir l’engagement et l’emploi des jeunes dans les systèmes agricoles et alimentaires – identifie quatre piliers pour protéger et renforcer l’engagement des jeunes dans la transformation des systèmes alimentaires et la construction d’économies de bien-être : droits, équité, capacité d’agir et reconnaissance.

Les principaux défis et menaces qui pèsent sur la garantie de moyens de subsistance dignes pour les jeunes sont le changement climatique, la destruction de l’environnement, le manque d’accès aux ressources productives (terre, eau, semences) et le racisme systémique, la discrimination sexuelle et l’exclusion sociale.

Il existe de nombreuses solutions communautaires dirigées par des jeunes et axées sur la réalisation des droits humains, le rétablissement d’environnements sains et la transformation holistique des systèmes alimentaires pour relever ces défis.

Des transformations sociales sont nécessaires pour restaurer les écosystèmes et parvenir à des économies de bien-être. Parmi les exemples mis en avant, citons la formation d’agriculteur à agriculteur, les programmes de redistribution des terres et les campagnes en faveur des droits des travailleurs. Dans le prolongement du rapport du HLPE, le groupe de travail sur la jeunesse met l’accent sur la diversité des expériences des jeunes dans les systèmes et la société alimentaires et souligne la nécessité d’instruments politiques fondés sur des approches intersectionnelles, relationnelles, anti-oppression et spécifiques au contexte, qui favorisent l’hétérogénéité et les connexions intergénérationnelles au sein des communautés rurales et urbaines ainsi que entre elles.

Voir ou lire les discours du MSC lors de la 49e plénière du CSA

Remonter
Appel à l’action
Participe aux mobilisations citoyennes

Pour contester le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires!

Je suis partant.e