Le 26 octobre 2023, la 51e session plénière du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) a accueilli un événement parallèle sur le thème “Réduire les inégalités dans le système alimentaire à travers une optique intersectionnelle”. Cet événement parallèle a été organisé par le groupe de travail sur l’équité du Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSCPA).

Au cours de l’événement parallèle, des représentants de différentes circonscriptions de la CSIPM, de différentes régions et des groupes de travail sur les femmes et la diversité des genres, la jeunesse et l’équité ont présenté leurs différentes perspectives et ont souligné l’intersectionnalité des différents facteurs d’inégalité. En outre, des représentants des États membres du Brésil et du Mexique ainsi que de l’Organisation internationale du travail (OIT) ont présenté différentes solutions politiques, politiques et résolutions et leur contribution à la réduction des inégalités.

En guise d’introduction, Dee Woods (La Via Campesina, Land Workers Alliance UK et membre du comité de coordination de la CSIPM) a souligné les défis actuels liés à la faim et aux déséquilibres de pouvoir dans le système alimentaire, tels que la faim aiguë et chronique, qui est non seulement responsable de plus de trois millions de décès d’enfants par an, mais affecte également les femmes et les personnes vivant dans les zones rurales aux taux de mortalité maternelle alarmants dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Le concept d’intersectionnalité a ensuite été expliqué comme un cadre qui va au-delà des conceptualisations binaires de catégories telles que le genre, la race/l’ethnicité, le handicap et la classe, et qui considère plutôt l’intersection de multiples catégories sociales qui placent les individus dans des systèmes complexes de privilèges et d’oppressions imbriqués les uns dans les autres. Ces systèmes déterminent en fin de compte les résultats en matière de santé, notre capacité à nous procurer et à accéder à une alimentation suffisante, nutritive et culturellement appropriée et, fondamentalement, notre capacité à vivre dans la dignité.

L’intervention suivante de Leonida Odongo (Haki Nawiri, Kenya et CSIPM Women and Gender Diversities WG) a présenté les inégalités auxquelles sont confrontées les femmes paysannes dans les pays africains sous le titre “Non recognition of the multi burden of social, reproductive, agriculture work” (Non reconnaissance de la charge multiple du travail social, reproductif et agricole). Les inégalités qui devraient changer vont de la nécessité d’orienter l’attention politique sur les causes structurelles et systémiques de l’inégalité, à la lutte contre le patriarcat et à la création de systèmes qui conduisent à l’équité dans la propriété et le contrôle des ressources productives, y compris la terre. En outre, le travail de soins non rémunéré et les inégalités inhérentes devraient être abordés, ainsi que le déséquilibre des pouvoirs, les réparations, l’extractivisme et l’architecture économique mondiale.

L’intervention suivante d’Ariel Molina (Urgenci, Brésil et groupe de travail de la CSIPM sur la réduction des inégalités) a présenté la lutte contre la faim menée par le Mouvement des travailleurs sans terre (MST) au Brésil. Le MST est une voix puissante dans la promotion de la réforme agraire et de l’accès à la terre pour les familles historiquement privées de ce droit fondamental. La terre est le fondement de la sécurité alimentaire et le MST a travaillé sans relâche pour que davantage de personnes y aient accès. Il a été rappelé que le choix des aliments n’est pas une simple préférence personnelle, mais une déclaration de principes. Les consommateurs doivent donc soutenir des mouvements comme le MST, qui travaillent sans relâche à la construction d’un système alimentaire plus juste et plus inclusif. Par conséquent, la décolonisation des systèmes alimentaires, la promotion de l’agroécologie, la combinaison de la souveraineté alimentaire, de la souveraineté territoriale et de la souveraineté culturelle sont des étapes importantes pour renforcer la souveraineté des peuples.

Krishnakar Kummari, représentant du groupe de travail des jeunes de la CSIPM, a souligné dans son intervention la discrimination par l’absence de terres en Inde ainsi que diverses autres discriminations intersectionnelles : Les défis des jeunes dans la discrimination de caste, le manque de reconnaissance sociale, le manque d’accès à la terre, la discrimination dans tous les domaines et l’accès aux voies de développement social comme l’éducation et l’emploi, le manque d’accès aux marchés, l’accaparement des terres par les castes supérieures ou les propriétaires terriens. En Inde, les castes inférieures sont souvent victimes de discrimination sur le marché du travail, les castes supérieures étant préférées pour les opportunités d’emploi. Les Dalits sont souvent relégués à des emplois peu rémunérés et subalternes et sont exclus de nombreux domaines professionnels. Même si les jeunes dalits parviennent à progresser sur le plan économique, ils restent confrontés à la discrimination sociale.

Par ailleurs, Simel Esim (chef de l’unité des coopératives, Organisation internationale du travail (OIT)) a présenté les instruments politiques permettant de surmonter les inégalités économiques en s’appuyant sur l’important travail réalisé par l’équipe spéciale interinstitutions des Nations unies sur l’économie sociale et solidaire, les conclusions de la conférence de l’OIT sur le travail décent et l’économie sociale et solidaire (2022) et la résolution novatrice de l’Assemblée générale des Nations unies intitulée “Promouvoir l’économie sociale et solidaire pour un développement durable” (A/RES/77/281), qui sera adoptée le 18 avril 2023. Ce cadre est fondé sur les droits de l’homme et va au-delà de l’alimentation pour couvrir une approche communautaire équitable de la gestion des terres, des semences, de l’eau et de l’électricité.

Les représentants de l’État brésilien, Renato Domith Godinho, conseiller spécial pour les affaires internationales du ministère du développement social et de l’assistance, de la famille et de la lutte contre la faim (MDS), et Cecilia Elizondo, représentante de l’État mexicain, ont donné leur point de vue sur la question des plus grandes inégalités auxquelles leur pays est confronté, en particulier dans une perspective intersectionnelle. Ils ont également examiné les interventions politiques qui sont déjà appliquées avec succès pour réduire ces inégalités et ce à quoi pourraient ressembler des politiques efficaces. M. Godinho a souligné la nécessité d’adopter des approches intersectionnelles dans l’élaboration des politiques de réduction des inégalités, ainsi que les résultats obtenus par le Brésil dans le cadre du programme “Fome Zero”. Il a déclaré que la reconnaissance des différentes formes de discrimination est essentielle à l’élaboration de programmes gouvernementaux visant à surmonter les inégalités.

Regardez la vidéo de l’événement parallèle (en anglais)

Pour plus d’infos, parcourez ce fil Twitter :

Contacts
Twitter
Contacts

Privacy PolicyCookie Policy

Csm4cfs © 2024. Website by Marco Principia

to top
Appel à l’action
Participe aux mobilisations citoyennes

Pour contester le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires!

Je suis partant.e