Le 25 novembre 2023, la session plénière du CSA 51 a été reconvoquée pour conclure les discussions et adopter son rapport final. Après avoir été ajournée le 27 octobre, en raison de l’impossibilité pour les États membres de parvenir à un consensus sur le point III de l’ordre du jour “Réponses politiques coordonnées à la crise alimentaire – L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde en 2023” du rapport final. (Plus d’informations dans cet article).

Après près d’un mois de négociations internes entre les États membres du CSA, la session plénière reconvoquée a adopté par acclamation le texte du rapport final. Ce rapport contient les décisions prises pour chaque point de l’ordre du jour du CSA 51 et les débats importants qui ont eu lieu au cours de la session. La conclusion de la session plénière du CSA 51 marque également le début de la période intersessions qui sera dirigée par l’ambassadrice S.E. Mme Nosipho Nausca-Jean Jezile, d’Afrique du Sud, qui a été élue à la présidence du CSA pour les deux années à venir.

Au nom du MSCPA, Mariam Mohammad (Réseau arabe pour la souveraineté alimentaire), membre du Comité de coordination, a prononcé une déclaration énergique dénonçant l’utilisation par Israël de la nourriture et de l’eau comme armes de guerre contre les Palestiniens, et appelant les membres du CSA à respecter les dispositions du Cadre d’action du CSA pour la sécurité alimentaire et la nutrition dans les situations de crise prolongée.

Mariam Mohammad, du Comité de coordination du MSCPA et du Réseau arabe pour la souveraineté alimentaire, a fait la déclaration suivante au nom du MSCPA.

Merci, Monsieur le Président, de nous donner la parole.

Je suis Mariam Mohammad, du Liban. Je suis membre du CC du MSCPA et je travaille pour la région de l’Asie occidentale au nom du Réseau arabe pour la souveraineté alimentaire.

Au cours des dernières semaines, alors que l’on discutait le langage et que l’on changeait les mots dans le but de parvenir à un compromis et à un consensus, la réalité sur le terrain en Palestine n’a pas du tout changé. Les conflits de langage n’ont pas changé la réalité sur le terrain : il s’agit d’un génocide. L’occupation israélienne se livre à des massacres et à des bombardements indiscriminés d’hôpitaux, d’écoles, de camps de réfugiés, de femmes, d’enfants, de nourrissons et de personnes âgées. Les zones de conflit dans la langue convenue ne peuvent pas changer le fait qu’il s’agit, en réalité, de zones occupées, y compris Gaza et le reste de la Palestine occupée. Pendant que l’on discutait et que l’on discute encore de la langue, notre peuple en Palestine était et est toujours victime d’un nettoyage ethnique sous les formes les plus brutales et les plus horribles, ainsi que de la faim et de la soif.

Le MSCPA participe aujourd’hui à cette nouvelle session plénière avec une motivation ancrée dans l’espoir. Nous sommes heureux et heureuses et nous espérons que le CSA 51 puisse officiellement se conclure aujourd’hui et que le CSA soit renforcé par ce débat, renforçant le rôle de la Plénière qui est de fournir des orientations et des recommandations réalisables pour parvenir à un monde libéré de la faim, de l’insécurité alimentaire, de la malnutrition, des doubles standards et de la protection sélective des droits humains.

Nous avions prévu de plaider pour que le rapport final du CSA 51 contienne une formulation de ce type :

  • Le Comité dénonce l’utilisation par l’occupant israélien de la nourriture et de l’eau comme armes de guerre contre les Palestiniens.
  • souligne qu’il est impératif de fournir de manière fiable, cohérente, abondante et sans entrave les produits de première nécessité aux civil.e.s de la bande de Gaza, y compris, mais sans s’y limiter, la nourriture, l’eau, l’assainissement, les ressources médicales, l’énergie et l’accès aux ressources productives.
  • souligne le rôle essentiel de la FAO, du FIDA, du PAM et de l’UNRWA dans l’évaluation et l’atténuation de l’impact du conflit sur la sécurité alimentaire et l’agriculture en Palestine occupée.
  • plaide pour un cessez-le-feu immédiat qui contribuera également à faciliter l’acheminement de l’aide essentielle à la population de Gaza ;
  • reconnaît que l’utilisation par l’occupant israélien de tactiques de famine à l’encontre de 2,3 millions de Palestiniens constitue une grave violation des traités internationaux et du droit humanitaire ;
  • exige que l’occupation israélienne soit tenue pour responsable de ces crimes contre l’humanité ;
  • et demande à la présidence du CSA de transmettre immédiatement ces conclusions au Secrétaire général des Nations unies et aux agences compétentes des Nations unies. Rien ne peut justifier la punition collective mortelle et le génocide du peuple palestinien.

Rien ne peut justifier la punition collective mortelle et le génocide du peuple palestinien. Depuis des semaines, les experts des Nations unies tirent la sonnette d’alarme sur le risque de génocide que comporte cette guerre. Le génocide est le plus grave des crimes au regard du droit international, et le CSA a l’obligation d’œuvrer d’urgence pour empêcher que cette atrocité ne s’aggrave encore.

Nous pensons qu’il aurait été très important que le Comité intègre ces points dans le rapport final, conformément aux dispositions du cadre d’action du CSA pour la sécurité alimentaire et la nutrition dans les situations de crise prolongée et, en particulier, conformément à :

  • Principe 1 : Répondre aux besoins humanitaires immédiats et mettre en place des moyens de subsistance résistants ;
  • Principe 2 : Atteindre les populations concernées ;
  • Principe 4 : Protéger les personnes touchées ou menacées par des crises prolongées ;
  • et le principe 9 : Contribuer à la consolidation de la paix par la sécurité alimentaire et la nutrition.

Nous voudrions enfin souligner que tout ce qui est commis en Palestine occupée et la militarisation de la nourriture ont pour but le nettoyage ethnique et une nouvelle Nakba, que nous condamnons et refusons fermement. Nous ne comprenons pas non plus comment nous en sommes arrivés à un point où demander la fin d’un génocide et d’une guerre est devenu controversé. Pour nous et selon nos principes solides au sein de la société civile, cela ne sera jamais ou ne deviendra jamais le cas.

Contacts
Twitter
Contacts

Privacy PolicyCookie Policy

Csm4cfs © 2024. Website by Marco Principia

to top
Appel à l’action
Participe aux mobilisations citoyennes

Pour contester le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires!

Je suis partant.e